Bienvenue sur le forum Sadique-Master Le site officiel est de retour : http://www.sadique-master.com
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    

Partagez | 
 

 CRITIQUE: Métaphysique d'Autolyse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ANDROSTAUB
Nécrophile en rut
Nécrophile en rut
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 24
Localisation : Dans les pompes funèbres

MessageSujet: CRITIQUE: Métaphysique d'Autolyse    Lun 9 Déc - 21:06



"Metaphysique d'Autolyse" le receuil collectif censé détruire vos cellules avec une dose de fantasmes malsains, un univers où le bonheur est inexistant où seul la violence et la noirceur de l'âme de ces auteurs sont prioritaires.
6 auteurs différents, 6 manières de définir les thèmes inclus dans ce livre: brutalité, cruauté, folie, méchanceté, perversion, vice ect...
Voici donc ma critique sur cette fameuse anthologie si peu conventionnelle.
Quand on lis ce livre on s'attend à quoi ?? A une accumulation de provocations, à un défouloir sur la nature humaine et sur le monde qui nous entour, sur la puanteur de notre âme, sur nos croyances aussi inutiles qu'absurdes ect... Oui de ce coté on est servis mais est-ce vraiment aussi jouissif qu'il laisse paraitre ?? Pas toujours...MAIS
Certains moments m'ont agacé voir énervé et je vous expliquerais pourquoi, et d'autre m'ont transporté !

Commençons par le premier auteur Antoine Rodriguez ayant eu une vie très difficile apparemment et ayant une vision extrêmement pessimiste sur l'évolution de notre monde. On s'attend déjà à ce que ce soit brutal, intensif, puissant et prenant !

"On récompense parfois les écrivains pour leur oeuvres... Pourquoi ne les punit-on jamais ?"

"Les idées noires enfantent les nuits blanches".

Rien que ces deux citations met l'eau à la bouche suivis d'un texte sans titre qui nous donne un aperçue de la noirceur des pensées et des fantasmes de cet auteur.
MAIS.....une fois tombé sur une modification de la prière "Je vous salue Marie" on croirait lire un journal intime d'une petite gothique de 14ans essayant de se donner un genre anti-conformiste pour se sentir unique et détesté par les "moutons"....
C'est quand on lit ce genre de provocations gratuites et faciles que l'auteur perd toute crédibilité au bout de certains textes. Mais d'autres sont, en revanche, prenant et intéressant à lire comme "son utérus éclaté", "le cynisme", "je t'a(b)ime" et surtout "la beauté est-elle une vicieuse souffrance ?" ect....
Des textes transformant la beauté en ce qu'il y a de plus répugnant et, en parallèle, transformant le mal absolue en ce qu'il y a de plus merveilleux.
Accumulations de métaphores, d'oxymores ("un hurlement mélodique), d'hyperboles, de chiasmes ect...plusieurs textes sont, toutefois, bien écrit malgré l'incompréhension de certaines lignes.

Seulement, au bout de certaines page on a l'impression de lire toujours la même chose...des lamentations encore et encore et encore...Mais a-t-il quelques chose à nous raconter ? J'en ai pas l'impression. Passer plusieurs pages à cracher sur la vie à vomir sur l'espèce humaine et son monde ce n'est pas suffisant. On est transporté dans certains texte du début mais au fur et à mesure l'agacement nous gagne et on commence à avoir l'impression d'avoir affaire à des lignes écrites par un ados dépressif qui pourrait/devrait avoir des tendances suicidaire tellement, pour lui, la vie est trop sombre, trop "dark", trop pourrie... ("Le Pretre", "arretez de vous multiplier", "bienvenue dans ma tête", "Noir" ect...) Au bout de ces 48 pages on ne se dit plus qu'une chose: "espérons que le reste du receuil ne soit pas la même chose que ce que je viens de lire car ça finira vite par me lasser.."


Justement passons au second auteur Ode Lune ! Poète visiblement (très) inspiré par Les Fleurs du Mal, amoureuse de la poésie macabre, noire et ténébreuse elle nous livre des poèmes en nous rapellant, avant de lire chacun, les dix commandements. Plus qu'agréable à lire, Ode Lune arrive à nous transporter dans l'obscurité éclairée par son écriture bien maîtrisé et surtout hypnotisante.

"Quelques spectres déchus, linceuls évanescents
Tapis de neige ailés, se fondent dans la brume.
La Nature elle-même, amante du printemps,
Dit Adieu à l'hiver en un baiser posthume."

Le genre de poème que j'apprendrais volontier à mes enfants si j'ai la chance/malchance d'en avoir ! Pas besoin de citer le titre d'un poème que j'ai aimé en particulier car chacun d'eux valent le coup d'être lu, ils ont leur propres personnalités et certains ont leur hommage au cinéma et à la littérature à faire.
Rien à dire de plus, j'attend d'être aussi envouté dans les prochaines pages.


Venant donc à l'auteur Tinam S. qui lui, au contraire, ne compte pas nous propulser dans un rêve.. Ici c'est l'explosion de notre cerveau, oublier toute morale si vous ne voulez pas crier au scandale car la provocation ,le pessimisme, le voyeurisme et la misanthropie prennent le dessus. Description de ses fantasmes que ce soit physique ou morale qui remettre en question notre envie de lire ces lignes ("voyeurisme"):
"si vous commencez vraiment à vous questionner alors, le silence sera absolu"

Certains textes passionnants précèdent l'incroyable "Voyeurisme", tous aussi fou, pessimistes, cyniques avec parfois une touche de poésie noir, loin d'être semblable à celle d'Ode Lune mais intriguante toutefois ! Certains des textes vous donneront l'impression de croire que vous êtes fou de continuer à lire ces lignes tellement on plonge dans un univers sombre: "Detruis-moi", "Remords célestes", "Sex Terrestre", "L'endocannibalisme" ou encore le provoquant "Volupté Christique" n'hésitant pas à insulter la religion chrétienne (mais peut-être est-ce trop facile quand on lis à la fin du texte, une simple description (pour rendre hommage) d'une scène du film "Subconscious Cruelty" de Karim Hussain (film préféré de Tinam).  Simple mais bien écrit et ceci dit efficace ! )
Enfin son dernier texte fini en beauté sa partie avec une histoire de nécrophilie aussi originale que prenante "Dernières heures" ! Je ne vous en dit pas plus, voici une relecture de "Buried" version "Aftermath" !

Passons maintenant à Christophe Siebert qui, lui, nous livre un seul texte de quelques page. Un récit qui m'a très peu marqué tellement les phrases étaient simple et banale tout comme les descriptions de fait et geste du personnage principal qui, apparemment, a l'air de vomir sur la société actuelle (vu ces gestes je ne pense pas qu'il peut valoriser sa vie par rapport à celle des autres.) Mais il a plutôt l'air de vouloir changer les choses comme le veux la plupart des gens de cette planète, mais malheureusement on est pas dans "Hobo with a Shotgun" on ne fait pas sa propre justice, on ne peux que s'en plaindre...
Récit simple et classique mais avec une profondeur assez efficace donc !


Bissecta Script...Alors là on est pas loin de la vrai folie, pas la mauvaise folie qui nous rend fou et méchant, mais la folie qui nous rend étrangement con ! Une mauvaise critique ?? Bien sur que non vu qu'on passe un bon moment à lire des lignes complètement décalées n'hésitant pas à utiliser la vulgarité pour dire ce qu'on peu penser très fort. Même si on a parfois du mal à comprendre ou elle veut en venir, on a droit à beaucoup d'humour pour s'amuser avant l'achèvement du dernier auteur.
"Sa petite tête faisait:
Ding-dong!
Ding-dong!
Ding-dong!
Comme un coeur en convulsion
comme pendant le viol
avec ses couilles en clochette
claquant sur mes fesses...."

Oui cet auteur est clairement barré et ça a du bon finalement malgré quelques textes parfois trop flou et trop personnels.
Mais bon comme elle dit si bien:........"A vos érections mes frères !"


Enfin le dernier auteur Aurélien Rodot qui achève ce receuil.
Ces lignes que vous lisez dans ma critique ont été modifiées après m'être rendu compte de l'erreur que j'ai fais sur sur Aurélien et son style d'écriture très peu ordinaire, étrange, effrayant ( ^^ ) mais FASCINANT je l'avoue !
Il aura fallu très peu de temps pour que je m'en rende compte: Grace à une explication de Tinam sur son style d'écriture/de personne et là une réaction de Aurélien lui-même à propos de l'ancienne critique, non pas par ce qu'il disait, mais plutôt sa façon de s'exprimer, pour au final, jeter un coup d'oeil sur son profil Facebook et me persuader que ce n'était pas du tout le type de personne que je pensais (prétencieuse, qui n'hésite pas à enchainer des figure de style à tout va pour se coller une étiquette comme le font la plupart des gens ordinaire qui cherche à changer leur vie..Ou bien le genre de type étrange comme Eddie Malou !   Razz   ).
"ton torchon rédigé avec les pieds"......Malheureusement mes orteils sont trop gros pour taper sur le clavier de l'ordi...  Embarassed 

Je lui fais donc mes SINCERES EXCUSES !

Comme quoi EN EFFET il ne faut jamais juger les gens sans les connaitres !! (Ouai enfin pour Antoine Rodriguez on vera.... Razz )
Je vais donc dire mon avis qui sera vraiment destiné à l'auteur en question et non au personnage absurde auquel je pensais avoir affaire, car quand on voit l'auteur différemment on voit ce qu'il écrit différemment aussi !

Bref concernant les textes d'Aurélien je reste sur mon avis comme quoi je n'ai pas eu la moindre sensation ou la moindre émotion en lisant ses récits, un style très particulier, original, un language soutenu très recherché et finalement très bien maitrisé (tellement bien que ma compréhension envers son écriture est quasi-absente...).
S'intéresser de plus près à ce style de language et d'expression pourrait rendre les textes d'Aurélien plus accessibles pour moi.
Je préviens donc que certains auront autant de mal que moi à le suivre et seront vite pris par l'ennuie et l'impatience de terminer ces pages..ce qui est normal car il n'est pas facile de voir ce genre de chose tout les jours quand on vit au milieu des gens banales avec un language courant (attention à ce que vous ne prenez pas ça comme un signe d'infériorité par rapport à ces auteurs !).
En revanche, certaines personnes seront plus à l'aise devant le style d'Aurélien, pourront rentrer dans son univers et pourront l'apprécier. Ca ne dépend que de vous.

"Des supplices sucés sur son doux sein sapide
Sanguine langue sale à la goutte vanille,
Sillon sain mais sordide, et vit tu lapides :
Tu pèse sans penser, sécrétion de chenille."

C'est comme si on faisait voir à une personne, n'ayant aucune culture cinématographique et aucun goût en particulier pour le cinéma, le film "Begotten", un chef d'oeuvre du cinéma expérimental....Et bien là c'est la même chose...
Je déciderais surement de suivre de plus près son type de lecture, et de me mettre PEUT-ETRE à la littérature aussi car il faut avouer que ça ne fera jamais de mal (au contraire) de vouloir évoluer vers une culture que l'on ne connait pas.
Chacun son domaine, chacun sa culture.
Par contre juste une chose que je n'ai pas encore trop compris, c'est: pourquoi vouloir partager aux lecteurs quelques choses que l'on écrit pour sois-même ?? Faut dire qu'en tant que cinéphile, il est difficile de répondre à cette question que seul les passionnés de littérature peuvent expliquer. Car nous, nous sommes plus habitués à voir des auteurs qui réalisent des films POUR leur public.
Comme quoi la lecture et le cinéma sont TRES différent ! ^^


/// Bon pour conclure sur ces textes d'auteur complétement inégaux. Est-ce qu'au final le receuil "Métaphysique d'Autolyse" vaut le coup ??.........Dans l'ensemble OUI !
Car plusieurs récits ou poèmes sont à découvrir avec passion pour plonger dans une atmosphère sombre, lourde, remplis de colère (ou fascination ??) envers l'humanité, le monde et la vie, des récits plus ou moins sensationnels. Que les fantasmes et rêves écrits de certaines personnes ne sont qu'imagination mais dans la lecture ça parrait tellement réel qu'on ferait presque gaffe aux auteur de ces textes.
N'ayez craintes, ce sont des gens comme vous et moi qui ont écrit ce receuil, ils ont une imagination parfois débordante et ils prennent plaisir à nous les faire partager !


MA NOTE: 3,75/5


Dernière édition par ANDROSTAUB le Mar 10 Déc - 0:36, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misspoetia
Victime
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 28
Localisation : 19

MessageSujet: Re: CRITIQUE: Métaphysique d'Autolyse    Lun 9 Déc - 21:58

Je vois que je ne suis pas la seule qu'Aurélien Rodot a semée en route... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CRITIQUE: Métaphysique d'Autolyse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hegel, critique de Kant
» La critique de la raison pure (de Kant) - commentaires sur -.
» [4ème] textes de satire ou critique sociale du XVIIIè
» DS la critique sociale compréhension de texte
» Lier roman d'anticipation et critique sociale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cinéma Gore et horreur :: Littérature / Texte-
Sauter vers: